Introduction

Punternet.com est un site anglais où les clients (« punters » en Anglais) acheteurs de sexe postent des évaluations d’escorts (vendeuses de sexe). Le site comprend aussi un forum de discussion. Le mot « escort » réfère dans ce contexte à un femme qui (selon Punternet) a « choisi » librement ce « travail », exerce en freelance, non contrainte et en intérieur (appartement, salon de massage, bordel, hôtel). C’est le type de prostitution que la plupart des gens considèrent bénin, et que les clients et le Collectif anglais de prostituées défendent passionnément. Les propriétaires du site affirment qu’ils sont contre le trafic prostitutionnel et contre le proxénétisme. J’ai rejoint le site en 2009, j’ai lu les évaluations et espionné les discussions.

Entre 1999 et 2009, les membres de Punternet ont posté plus de 90 000 évaluations d’escorts. Les commentaires ci-dessous ont été postés par des clients. Ils mettent en évidence le caractère mensonger des affirmations des clients selon lesquelles ils respecteraient les femmes qu’ils achètent.   Si une escort ne satisfait pas aux exigences du client (jeune, mince, obéissante, et enthousiaste), elle est insultée et traitée de « pute » ou de « salope » et référée par les termes « ça » ou « la chose ». Les clients prétendent ne jamais exploiter celles qui paraissent réticentes, forcées ou droguées, mais les commentaires prouvent que c’est faux et révèlent qu’ils ne se soucient pas du confort des escorts, ni de leur santé et de leur bien-être.  Ils évaluent les prostituées sur le même ton d’indignation vertueuse que s’ils donnaient leur avis sur des restaurants sur des sites comme « Good Food Guide » (1).

Mythe :  les clients respectent les femmes qu’ils achètent

« Je ne vois pas pourquoi on insiste tellement sur le respect : quand je vais voir une fille, le respect est la dernière chose que j’ai en tête ».

« Comment un homme marié peut permettre à sa femme de travailler dans cette industrie est quelque chose que je ne comprendrai jamais… Un homme qui laisse sa femme louer son corps au premier venu n’a évidemment aucun respect pour elle. »

Commentaires méprisants au sujet de son âge et de sa taille

Les escorts les plus désirables sont celles qui sont au plus près de l’âge légal soit 18 ans, et qui ont les corps les plus minces. Plus une escort s’éloigne de ces critères, plus elle est méprisée. Même les clients qui ont la soixantaine considèrent qu’une escort qui a vingt ans de moins qu’eux est « trop vieille » et qu’elle mérite des insultes.

« Son corps n’est pas aussi ferme et mince qu’il devrait l’être pour une fille de 22 ans, pas possible, elle en a au moins 32 ! »

« Cette fille a atteint sa date de péremption » (commentaire écrit par « Grand-père.»)

« Au-dessus d’une taille 42, j’aurais l’impression de lutter avec un sumo. »

« Pas de grosses… Je me sentirais arnaqué si je payais pour une grosse. »

« Elle se décrit comme une taille 44, elle fait plutôt du 48. Tout ce que je voulais, c’est partir le plus vite possible. »

« Elle était en retard, et trop grosse de deux tailles. »

« Une blonde de 19 ans, elle devrait perdre un peu ses bourrelets autour de la taille »

« Gentille fille mais trop ronde malheureusement. »

« Plus vieille et plus grosse (comparée au 38 qu’elle annonçait). C’était tout simplement une tromperie sur la marchandise et je ne reviendrai jamais voir Somaya .»

« Les menteuses s’en tirent à bon compte parce que l’industrie n’est pas régulée. Ce n’est pas comme d’aller dans une boutique où le client a des droits. »

« Si vous aimez baiser des grand-mères maigres et ridées, alors rendez-lui visite. »

« Je suis un homme dans la vingtaine et je fantasmais d’essayer avec un femme mûre… Elle avait environ 55 ans mais je voulais absolument de la chatte plus âgée. Quand je baise, je baise à fond! Et au bout d’une minute, elle m’a demandé d’y aller plus doucement pour ménager son dos. J’ai recommencé à pomper et elle m’a dit que je savais vraiment comment baiser une fille (ou dans son cas, un vieux cageot). Je n’ai pas voulu embarrasser cette vieille pute en jouissant sur ses nichons ou sur son visage. »

« Elle avait l’air plus près de 60 que de 50, mais j’en ai tiré le maximum et je l’ai traitée de salope suceuse de bites. Je lui ai dit « mets-toi sur le dos et prend de la vraie bite, vieille pute ». Je lui ai demandé d’abord si je pouvais l’insulter, parce que l’insulter était la seule façon pour moi d’arriver à rester dur avec une telle femme. »

Ignorer son aversion manifeste

Les propriétaires du site déclarent qu’ils n’évaluent, ne proposent et n’approuvent que les escorts qui « travaillent » dans la prostitution volontairement. Cependant, quand le comportement d’une escort révèle de l’aversion, et même de la répugnance, le seul souci des clients, c’est qu’ils n’en ont pas pour leur argent.

« Vraiment, elle déteste son job, et elle se venge sur les clients. Pourquoi devenir pro si vous ne pouvez pas assurer ? »

« Elle était juste distante, pas intéressée, très froide, ses prestations étaient nulles, et elle n’en a rien à faire du client qui la paye. »

« Du point de vue service, enthousiasme, réactivité ou conversation, elle n’avait pas grand’chose à offrir. Si elle avait travaillé ailleurs, elle aurait probablement été virée. »

« J’aurais pu baiser l’oreiller, j’aurais eu davantage de réaction… Je paye pour ça, et j’attends un service correct… Je ne peux que supposer qu’elle déteste ce qu’elle fait. »

« Une pute russe… Son esprit était ailleurs, depuis le début. Elle avait l’air morne, pas intéressée du tout. »

« Je pensais qu’elle dormait. Aucun bruit, les yeux fermés. Je l’ai baisée plus fort et plus vite, et c’était terminé. »

« Cela ne l’amuse manifestement pas de faire ça, et elle ne fait même pas l’effort de faire semblant que ça lui plaît. »

« Elle n’était pas intéressée du tout et clairement n’aime pas son job ; elle me l’a même dit, ce qui ne m’a pas exactement mis en confiance. »

« Elle a été très claire sur le fait qu’elle ne fait ça que parce qu’elle y est obligée pour des raisons financières, et qu’elle n’en tire aucun plaisir. »

« Elle avait l’air débranchée et pas intéressée… Une prestation robotique… J’avais l’impression d’être une vieille voiture passée au box de lavage… A moins qu’elle n’essaie d’avoir l’air d’aimer ça un peu plus, peu importe si elle est jeune, je n’irai pas une deuxième fois. »

« Leur gentillesse, leur féminité et leur comportement amical disparaissent peu à peu pour révéler une personnalité froide et peu attirante. Peut-être elles finissent par mépriser secrètement les hommes et les voir comme des machines à distribuer de l’argent. »

« (C’était) le genre d’expérience que vous avez avec votre copine quand elle ne veut pas vraiment baiser, mais que vous la harcelez pour obtenir ce que vous voulez. »

« Elle était juste comme un morceau de viande… alors j’ai pensé que je ferais mieux de mettre ma bite dans sa bouche, mais au lieu de me faire une pipe, elle a commencé à me masturber… Je n’ai pas payé pour qu’elle me masturbe ! J’ai mis un préservatif et j’ai commencé à la baiser ! J’ai pensé : j’ai payé, alors autant y aller à fond. J’ai décidé de mette ses jambes sur mes épaules et j’ai baisé à fond ! »

« J’en ai marre de payer pour du sexe, de n’avoir qu’un comportement de robot, et qu’elle ricane quand je quitte la place. »

« L’attraction principale, c’était comme de baiser un poisson mort. »

« Elle n’était absolument pas intéressée… froide et monosyllabique … aussi vivante qu’un cadavre. »

« La fille (coréenne) ne voulait visiblement rien faire… Peut-être c’est mon âge (plus de 50) et elle s’attendait à quelqu’un de plus jeune … mais après tout, est-ce que ce n’est pas pour ça qu’on y va, pour s’imaginer qu’on est encore jeune et sexy ? Je peux comprendre son manque d’intérêt physique mais elle pourrait être polie. Elle n’a pas manifesté du dégoût, juste un manque complet de réaction. Peut-être c’était sa façon de se distancier. »

« J’ai eu l’impression de baiser un androïde la plupart du temps. »

« Elle était tellement inerte, silencieuse et peu enthousiaste ! Elle n’a pas bougé ni dit un mot pendant tout le temps que ça a duré, j’ai été content de jouir pour que ça s’arrête. »

« Elle a accepté que j’éjacule sur elle mais il est clair qu’elle a détesté ça, et elle s’est précipitée à la salle de bains pour se doucher. »

« Très réticente, j’ai eu l’impression qu’elle voulait s’en tirer avec le service minimum. »

« Une fille d’Europe de l’Est qui ne parlait pas un mot d’Anglais. Pas d’énergie, elle se forçait et pas intéressée depuis le début. »

« Quand je lui ai demandé de s’impliquer un peu plus, elle m’a dit : « j’ai écarté les cuisses, ça ne vous suffit pas ? »

« Elle faisait les gestes sans conviction, il faut qu’elle apprenne à s’intéresser un peu à son travail. »

« Son comportement et ses prestations étaient vraiment trop nuls, elle m’a fait une pipe, pas intéressée du tout…. De temps en temps, elle s’arrêtait pour respirer, faisait bouger sa mâchoire, se frottait le visage et prenait un air renfrogné.  Je lui ai demandé si elle léchait les couilles… Elle a réagi comme si ça la rendait malade et a dit « non ». A ce moment, son désir manifeste que ça finisse le plus vite possible m’avait totalement mis en colère … Elle a commencé à me raconter une histoire personnelle très triste, elle avait l’air sur le point de se mettre à pleurer, mais elle a continué en essayant de faire de son mieux.  Je me suis senti comme de la merde, comme si je violais cette pauvre fille. J’ai joui, son visage a exprimé une émotion juste un instant puis elle a repris son air renfrogné. Je me suis habillé, et je suis parti, me sentant totalement un salaud et la lie de l’humanité—en plus de m’être fait avoir. Des filles comme ça ne devraient pas travailler. C’est justement pour ça que l’industrie doit être régulée et qu’une forme de protection du consommateur doit être introduite. Je suis aussi totalement agacé : j’avais besoin qu’on me remonte le moral parce que ma vie est devenue vraiment merdique récemment mais Heaven a réussi à me faire sentir encore pire. »

« Pas de contact visuel, des gémissements bidons, pas de vrai enthousiasme. Elle devrait vraiment améliorer ses prestations et son attitude. »

« Elle n’a rien fait, elle ne m’a même pas touché… C’était une performance paresseuse et sans conviction… La seule chose qui l’intéresse, c’est de prendre l’argent. »

« Elle n’était absolument pas intéressée et n’a fait aucun effort, une performance absolument médiocre. Elle n’avait qu’une envie, c’est de quitter la pièce. »

« Aucune communication… S’est mis des masses de lubrifiant dans les fesses… Il est devenu clair qu’ il ne pouvait s’agir que de me branler dans le corps de cette fille. »

« Son comportement était quasi-catatonique. Son expression faciale n’a jamais varié. Elle avait l’air   d’être au point d’intersection entre ennui et indifférence. Elle est montée sur moi et a commencé à baiser. Expression du visage figée et yeux morts. »

« Elle m’a laissé la baiser en missionnaire, elle a fermé les yeux, et c’était comme si elle s’était endormie.»

« Totalement pas intéressée. Les yeux grands ouverts et l’air de s’ennuyer… Finalement, j’ai pensé,  je laisse tomber et je me tire.»

« Pendant le sexe, j’ai été surpris par son silence. Je veux dire, elle était réellement ailleurs. »

« Cette fille est totalement frigide… Elle a dit : « baise moi et tire-toi ! »

« Pourquoi ces filles ne peuvent pas fournir de prestations de meilleure qualité ? La baise était mécanique, sans passion de sa part. J’en ai ras le bol de ces filles de l’Est qui veulent la thune mais ne donnent qu’un show de troisième classe. »

‘’Je l’ai juste pilonnée et j’ai balancé la sauce, pour ce que ça l’intéressait, elle aurait pu être aussi bien en train de se faire faire les ongles. »

« Elle se comportait comme si elle ne voulait pas être là. Elle était ennuyeuse, pas intéressée, de l’argent gaspillé. »

«Elle avait l’air totalement pas intéressée et a juste écarté les cuisses—une poupée gonflable serait meilleure et moins chère. »

« Froide, mécanique et inamicale. A éviter. J’espère qu’ils vont la renvoyer en Roumanie. »

« J’ai eu l’impression qu’elle aurait voulu être ailleurs. Pour être honnête, ça m’a un peu rebuté. »

« Elle est arrivée en colère… Son manque d’enthousiasme était à peine dissimulé. Elle est montée sur moi et je dois dire qu’elle a délibérément essayé de me faire mal. Elle s’est pressée contre ma poitrine si fort que j’ai dû reculer et changer de position. Je suis solidement bâti et elle était menue, alors pour exercer une pression si forte qu’elle me faisait mal, elle a dû le faire exprès, ce n’était pas inconscient. »

« Morgan ne voulait pas être avec moi. C’est peut-être la crise du crédit qui l’a forcée à se vendre pour payer les mensualités de sa maison ?»

« Elle a refusé toutes mes tentatives d’intimité en détournant son visage. »

« Elle s’est assise sur le lit aussi loin de moi que possible, ne faisant aucun mouvement pour établir le contact. Une séance de baise s’en est suivie. J’ai joui. Je suis parti. »

« Une fille de l’Est qui ne parlait pas un mot d’Anglais. Pas d’enthousiasme, une attitude forcée et un manque d’intérêt total depuis le début. »

« Je me suis masturbé dans sa chatte pendant qu’elle essayait de dormir. »

« Son Anglais est très limité mais elle envoie un message très clair par son langage corporel : qu’elle aimerait mieux faire autre chose. »

« Elle avait l’air gentille mais elle a été abimée par l’industrie (du sexe) et semble exécuter une routine robotique complètement détachée de son client. »

« Je ne pense pas qu’elle aime ce job… Ca vous fait vous sentir comme un vrai pervers de baiser un corps inerte qui refuse de vous regarder. »

« J’avais l’impression de déplacer un sac de patates dans le lit, c’était comme de mettre ma bite dans un cadavre. »

« Elle m’a laissé la baiser mais elle était juste posée là sans bouger. J’ai enlevé le préservatif juste avant d’éjaculer et je me suis masturbé jusqu’au moment où je lui giclé mon sperme au visage. »

« Pas de contact visuel, raide comme une planche. J’aurais dû acheter une poupée gonflable dans un sex shop, ç’aurait été plus fun pour moi. »

« Son expression faciale était complètement vide et pas intéressée, elle était juste posée là. »

« Elle était froide et distante. Elle s’est mis du lubrifiant sur la chatte et a ouvert les cuisses. Elle avait l’air de se préparer à une chose horrible. J’avais envie de partir mais… je voulais juste en avoir pour mon argent. Je l’ai baisée, c’était horrible, elle a fermé les yeux et elle avait l’air morte. »

« Elle était étendue sur le lit comme un sac de patates, immobile… Je faisais de mon mieux pour en avoir pour mon argent. J’ai appelé l’agence dès que j’ai quitté la maison et je leur ai dit que son attitude est puante. »

« (Une petite Singapourienne) s’est révélée la moins réactive des filles avec qui j’aie fait affaire. Elle n’a même pas eu un recul quand je l’ai touchée, comme si elle était pétrifiée, vissée au lit, alors je l’ai laissée faire le travail pour lequel je l’avais payée. J’ai pensé qu’en levrette, ça serait la meilleure façon de procéder, le plus étant que je n’aurais pas à regarder son visage renfrogné. »

« Elle déteste vraiment ce travail et est heureuse de vous le faire savoir. »

Un client a fait une évaluation de l’attitude des nombreuses escorts qu’il a utilisées. 80% étaient incapable de cacher qu’elles détestaient ça.

Aversion ouverte                                                                                                                                          5%

Aversion passive, ou « peut juste le tolérer »                                                                                    10%

Détachée et pas intéressée par la satisfaction du client                                                                 45%

Attentive à ce qu’elle fait et cherche à augmenter le plaisir du client                                      15%

Mieux que ça : attention positive et active envers le client                                                          5%

 

Indifférents au fait qu’elles soient droguées

« Petite blonde droguée, l’air anorexique… pas de seins du tout, et une grande brune maigre, droguée… Toutes les deux hideuses et défoncées » (il l’a quand même utilisée).

« Elle a exposé ses bras, et les traces d’une terrible addiction étaient évidentes, avec les marques sur ses bras impossible à cacher » (il l’a quand même utilisée)

« Ma première impression quand je l’ai vue a été de partir mais pour 10 Livres, j’ai pensé que je pouvais tenter le coup. Ses yeux étaient fermés, je pouvais voir qu’elle était à l’Ouest, complètement défoncée. Ca m’a mis en colère (il l’a quand même utilisée).

« D’après l’état de son corps, est manifestement droguée » (il l’a quand même utilisée).

« Soyez prudent avec cette fille, elle n’est pas du tout ce dont elle a l’air. Je pense qu’elle est « sous assistance chimique » (il l’a quand même utilisée).

« Cette CHOSE est vraiment un danger pour la santé. Elle était à moitié endormie, définitivement intoxiquée, j’ai vu une pipe (de crack) sur sa table, elle sentait mauvais et avait l’air sale (il l’a quand même utilisée).

« Elle avait environ 26 ans (peut être juste 19, mais sa vie pourrie l’a vieillie prématurément ?) et une fois qu’elle a enlevé ses vêtements, tout est parti en sucette. Des seins qui tombaient suite à une maternité, très maigre et couverte de bleus (il l’a quand même utilisée).

« Elle était dans les vapes et clairement ne voulait pas être là… Le sexe était juste une baise médiocre à laquelle Amanda n’a simplement pas participé. »

Aucun respect pour ses limites, sa volonté et son autonomie

« Qu’elle me dise ce que j’allais faire pour mon argent m’a irrité. »

« J’avais choisi Roxy parce qu’elle accepte la sodo, mais pas du tout. Et juste un baiser alors ? Elle détournait le visage constamment. »

« Pas de fellation et pas de sodo. Le dernier avis disait qu’elle ne dit jamais non, mais j’ai découvert qu’il y a eu beaucoup de « non » quand j’ai essayé de prendre les choses en main. »

« Le site décrit Alexis comme une femme amicale avec une personnalité chaleureuse qui est partante pour pratiquement toutes les prestations. Euh, non ! Tout ce qu’elle a dit, c’est « non, je ne fais pas ça ou je n’aime pas ça ! »

« Une Hongroise âgée de 18 ans se pointe, l’air misérable. J’aurais aussi bien pu acheter une poupée gonflable, au moins la poupée ne dirait pas non 99% du temps. Pas question d’éjaculer dans sa bouche, pas question de l’embrasser. Ne voulait ni sourire ni répondre de quelque façon que ce soit, sauf pour bailler constamment. Arnaque totale. »

« Elle a constamment trouvé des excuses, alternées avec des refus abrupts, pour ne rien faire correctement ou comme je le lui demandais. Elle a refusé de se mettre où je voulais et toutes les positions que je lui ai demandées. »

« Je suis ai demandé de se mettre sur moi, ce qu’elle était réticente à faire, et comme elle a refusé de faire quoi que ce soit, je me suis mis à débander, si bien qu’à la fin, j’ai dû manipuler moi-même son corps, ce qui au bout d’un moment m’a donné l’impression de baiser une fille inconsciente, et c’était un peu déconcertant.  Quand je me suis rhabillé, elle a geint en disant qu’elle n’aimait pas être au-dessus. »

« Tout ce qu’elle a fait, c’est de geindre : ne touche pas ci, ne touche pas ça, tu pèses trop sur moi. »

« Une poufiasse totalement pas intéressée qui mâchait du chewing gum. Elle s’est mise dans une position où elle ne pouvait pas me toucher, et moi je ne pouvais pas la toucher non plus. Elle m’a sucé la bite de façon complètement nulle, les yeux fermés, puis j’ai baisé lentement sa chatte pleine de lubricant. Complète perte de temps et d’argent. Il y a un avis sur la porte de sa chambre : « pas de remboursement », sans doute à cause de tous les clients qui se sont plaints du service merdique. Il y a aussi un garde masculin, probablement pour la même raison. »

« Quand je lui ai demandé de me sucer sans préservatif, elle s’est offusquée, disant que je devais lui montrer plus de respect (je payais pour un service ! »

« Quand je lui ai demandé une sodo, elle m’a répondu « pas question la première fois » ! Je n’ai pas l’intention d’avoir une relation avec toi, mon chou. Je veux juste te baiser dans le c…l »

« Blaise a été une grosse déception, très dominante, elle disait : « fais pas ci, fais pas ça », et c’était un peu agaçant »

« Elle a une idée très précise des services qu’elle fournit—elle vous dit exactement ce qu’il faut faire, et où se tenir ou s’asseoir, (pas comme une dominatrice, plutôt comme une vieille femme acariâtre) et ne vous laisse pas faire ce que vous voulez. Elle ignore le fait que, si vous payez, c’est pour faire ce que vous voulez (dans certaines limites convenues) et pas ce qu’elle veut. »

« Elle ne voulait pas soulever ses jambes pour que j’entre mieux. Ce dont j’ai dû me contenter n’était pas très agréable. »

« Bayley ne voulait pas me laisser entrer à fond, et elle a placé sa main gauche pour m’empêcher de le faire (sous prétexte que le préservatif aurait pu se déchirer). Ca vous coupait vraiment l’envie. »

« Elle a à moitié bloqué l’entrée de sa chatte avec ses doigts, rendant ainsi très difficile d’arriver à la pénétrer. »

« Elle a insisté pour une position bizarre (une jambe en l’air, l’autre baissée), manifestement pour limiter la pénétration—ça a aussi limité le plaisir. »

« Typique comme beaucoup de filles asiatiques, si elles n’ont pas le contrôle et le pouvoir et ne peuvent pas donner des ordres, elles ne veulent rien savoir. Eviter comme la peste. »

« Des seins fantastiques mais elle m’a dit de ne pas les toucher, parce qu’elle allait avoir ses règles et qu’ils étaient très sensibles (je commençais à me sentir arnaqué). »

La « girlfriend experience » (GFE)

Certains clients veulent une « girlfriend experience (GFE). Ces escorts doivent agir comme si elles étaient la petite amie du client, c’est-à-dire faire n’importe quoi sans se plaindre tout en faisant semblant d’aimer ça.

« Il y avait trop de « fais pas ci ou fais pas ça » pour que ça soit une GFE agréable. »

« Beaucoup de prostituées ne sont pas capables de fournir une GFE convaincante, pas surprenant quand il y en a tellement qui détestent totalement leur travail. »

« Une pute hongroise vulgaire qui mâchait du chewing gum. A laissé entendre qu’elle avait été baisée sans arrêt tout l’après-midi, alors que moi, je m’attendais à une prestation du type GFE. Je l’ai baisée aussi fort que je pouvais, en levrette, j’ai pu en tirer quelques gloussements mais elle était insensible. »

« Je voulais juste passer un moment de qualité avec une gentille fille. Au lieu de ça, j’ai eu une pute de bas étage. »

Ignorent son souhait qu’on ne lui fasse pas mal

Malgré qu’ils prétendent se soucier du bien être des escorts, les filles qui leur disent qu’ils leur font mal sont traitées comme des enquiquineuses et accusées de ne pas fournir le service payé. Une réclamation fréquente est que, le client ayant exigé une fille jeune et menue, elle ne peut se laisser pénétrer par le pénis ou les doigts d’un homme occidental sans ressentir de la douleur, ou être écrasée par son poids ou ses poussées. Si elle essaie de se protéger de la douleur et des blessures, les clients se plaignent.

« (Toute petite Asiatique), se plaignait que mes doigts étaient trop gros, elle a commencé à dire « il faut mettre le préservatif, patron ». Au bout d’un moment, j’ai demandé une sodo… « Non, vous trop gros patron. »

« Je lui demandé si elle voulait se mettre dessus d’abord, ce qu’elle a fait, avec son visage enfoui dans mon cou. Quand je lui ai demandé si elle voulait se mettre assise droite sur moi, elle m’a dit non, vous êtes trop gros. »

« Je lui ai donné une petite fessée en jouant. Elle a réagi vivement et m’a dit : « ne me fessez pas. Je fais seulement une taille 36, j’ai très peu de graisse, alors ça fait mal. »

« Elle ne voulait pas rester sur moi et quand j’ai essayé de la prendre en missionnaire, elle s’est plainte de ma taille, me disant que j’étais trop gros. »

« Une jeune pute portugaise, s’est plainte que j’avais une trop grosse bite, ce qui était un problème pour elle. J’ai pensé : « si tu ne peux pas gérer, trouve un autre job. »

« Sa chatte était enflée et douloureuse… Elle m’a dit qu’elle était très fatiguée, et que l’agence la faisait travailler sans arrêt. »

« Pas question de sucer ou de toucher ses seins, parce que ses implants mammaires étaient douloureux. »

« Faites pas ci, faites pas ça. En fait, il y avait très peu de choses que je pouvais faire … Elle s’est plainte d’avoir mal. »

« (Elle m’a dit) je viens juste d’avoir un rendez-vous de 2 heures, et ma chatte est à vif. »

« Elle n’arrêtait pas de gémir et de dire que je lui faisais mal. J’ai continué moins fort dans différentes positions mais elle a continué à gémir. »

« La peau flasque sur son ventre me répugnait mais la douleur évidente qu’elle éprouvait pendant que je la baisais m’a achevé. »

« Elle a commencé à saigner massivement et a couvert de sang mes serviettes, mes draps, mes oreillers. Absolument dégoûtant … Elle s’est excusée et a dit qu’elle ne s’attendait pas à ça, parce que ses règles n’auraient pas dû arriver si tôt.  Je lui ai donné le rouleau de papier toilette et elle a utilisé ce papier pour arrêter ses saignements. C’est une expérience que je préférerais oublier ».

« Cette fille (chinoise) ne parlait pas beaucoup Anglais et semblait très distante et pas intéressée … du sang sur le préservatif, du sang sur mon pubis … C’était incroyable… Il faut que j’aille me faire examiner à la clinique GUM (GUM = Genito-urinary medecine, service médial qui traite les maladies sexuellement transmissibles).  Dans l’ensemble, une très mauvais expérience, argent gaspillé. »

Dégoûtés qu’elle se fasse payer

Bien que les clients soient très clairs sur le fait qu’ils font appel à des escorts seulement pour le sexe, ils sont offusqués qu’elles ne le fassent que pour de l’argent.

« Une fille assez gentille, mais elle n’est pas faite pour ce job, elle essaie juste de gagner de l’argent. »

« Elle a recompté son argent deux fois, c’est tout ce qui compte pour elle. »

« A chaque fois que vous lui donnez un coup de bite, elle est là sur le dos, qui compte « £ 10, 15, 20 ». Une fois que vous avez obtenu ce pour quoi vous avez payé, elle perd tout intérêt. »

«Elle était totalement pas intéressée, sauf pour me soutirer de l’argent. »

« Vous pouvez voir qu’elle n’aime pas son travail et ne le fait que pour l’argent. »

« Elle était froide et distante, comme ailleurs, ne s’intéressait qu’à l’argent. »

« Beaucoup de prostituées aiment l’argent mais détestent leur travail et devraient faire autre chose. »

« Je suis sûr qu’elle n’était là que pour l’argent. »

« Paraissait totalement centrée sur l’argent. »

« Elle est trop matérialiste. »

« Je lui ai demandé pourquoi elle faisait ce travail. Elle m’a répondu : « Qu’est-ce que vous croyez ? Que c’est parce que j’ai des tas d’argent que je suis devenue prostituée ? »

« Elle ne bougeait pas, les yeux fermés comme si elle souhaitait être à l’école en train d’enseigner ou au bureau en train de taper… Un client est censé passer un bon moment mais avec l’attitude qu’elle avait, c’était impossible. Tu es dans le mauvais job, chérie, ce n’est pas pour les filles qui ne s’intéressent qu’à l’argent. »

« Typique d’une mauvaise escort qui ne fait ça que pour l’argent. »

Violentent des femmes manifestement trafiquées et contraintes

Punternet recommande aux clients de le signaler à la police s’ils suspectent qu’une fille puisse être trafiquée ou contrainte. Un sondage organisé sur le forum en 2007 a posé la question : « est-ce que vous le signaleriez à la police si vous pensiez que la fille était trafiquée ? » 84% ont dit oui, mais 16% ont dit non. Deux clients qui ont voté « non » ont ajouté :

« Je pense que nous devrions nous concentrer sur le fait d’être clients au lieu d’être des activistes pour les droits des femmes. Savez-vous que, que vous ayez affaire à une femme trafiquée ou pas (quel que soit le sens de ce mot), l’acte d’utiliser des prostituées contribue à l’exploitation des femmes même si vous n’en voyez pas l’impact personnellement ? Honteux. Si j’étais une personne morale, j’arrêterais d’être client immédiatement. »

« C’est juste une transaction d’affaires pour moi. Je ne m’occupe pas de savoir comment la fille qui est caissière à Tesco (NDLT supermarché) a abouti dans ce job, je n’en ai rien à cirer et c’est pareil pour les filles que je vois dans les salons de massage ou dans les rues, ou en vacances, elles vendent un service, et je l’achète, c’est tout. »

Il était clair d’après certains avis que les clients avaient été en contact avec des femmes trafiquées ou contraintes mais qu’ils les avaient pourtant utilisées.

« (Une Hongroise âgée de 18 ans). Mon impression est qu’elle avait été forcée à faire ça, et j’avais des doutes sur son âge. Pas du tout impressionné par les Hongroises » (il l’a quand même utilisée).

« (Une toute petite Thaïlandaise), elle a détourné la tête et fermé les yeux. Je lui ai demandé si elle était ok ? Si je lui faisais mal ? Elle a dit que je pouvais continuer, juste que je devais jouir rapidement. Je me suis retiré d’elle. Là, elle m’a demandé : « quoi, vous ne m’aimez pas, vous ne me trouvez pas sexy ? » J’ai dit qu’elle ne s’en fasse pas, je voulais juste partir. Mais elle avait l’air de penser qu’elle allait avoir des ennuis.  J’avais peur qu’elle ait un proxénète brutal qui se vengerait sur elle si je partais trop vite alors je l’ai laissée me finir à la main. Après je suis parti sans trop parler et elle non plus.»

« Je suis allé voir une Japonaise qui n’allait pas bien et qui durant ma visite m’a montré un bout de papier où il y avait écrit « je n’ai pas le choix » plusieurs fois. La question est : est-ce qu’elle était libre, où est-ce qu’elle était prisonnière, incapable de s’échapper, à cause des criminels qui la contrôlent ?» (il l’a quand même utilisée).

« La première fois que je me suis senti mal parce que j’étais client. Tout à fait la face noire de la prostitution comme elle est parfois décrite dans les journaux… Je ne recommande pas, à moins que vous ne teniez à vous poser des questions désagréables sur vous plus tard. »

« L’entrée de l’appartement était fermée à deux verrous et le gardien (le maquereau) a gardé la clé. Définitivement dangereux en cas d’incendie et une femme aurait été préférable. Je ne reviendrai qu’avec une fille différente et de préférence sans le mastard. Les verrous sur la porte sont dangereux (et illégaux). »

« Le pire de cette visite, c’était de tomber sur le type de la sécurité qui m’attendait derrière la porte quand je suis parti. »

La version anglaise de ce texte a été publié sur le site Nordic Model Now https://nordicmodelnow.org/myths-about-prostitution/myth-punters-care-about-the-women-they-buy/

(Traduction Francine Sporenda)

(1)Souligné par Catherine Bennett

 

 

 

 

 

 

 

Publicités