Par Christine Dalloway

Christine a commencé à s’intéresser au féminisme il y a six ans, et est devenue plus activement militante il y a quatre ans. Elle se définit comme féministe universaliste et laïque et est aussi très inspirée par la pensée féministe radicale, plus particulièrement celle d’Andrea Dworkin.

 

En 2016, lors des fêtes de la San Fermin, un groupe de cinq hommes a violé une jeune femme de 18 ans, ils ont filmé l’agression et l’ont diffusée sur les réseaux sociaux (1). La vidéo de l’agression a aussi été diffusée sur des sites pornographiques (2). Cette affaire de viol collectif ressemble à bien d’autres en Inde (3), au Maroc (4), en Egypte (5), ou en Europe (6)–ce type de violence touche le monde entier.

VIOLADORES.jpg

L’affaire de « La Manada » n’est pas sans rappeler un cas similaire, le viol de Cheryl Araujo : en 1983, cette Américaine d’origine portugaise avait été violée par quatre hommes dans un bar du Massachussetts (7). Elle est morte dans un accident de voiture, après avoir été chassée de la ville où avait eu lieu l’agression, ville qui ne lui a jamais pardonné d’avoir survécu, semble-t-il.

Andrea Dworkin avait remarqué que le scénario de l’agression de Cheryl Araujo correspondait à un cliché publié dans un magazine pornographique peu avant les faits. (8) Dans l’affaire de « La Manada » le lien avec la pornographie est évident : les agresseurs s’en sont inspirés, et la vidéo de l’agression a été utilisée par des sites pornographiques, c’est le principal point commun avec l’affaire Araujo.

Les agressions sexuelles en réunion existent depuis le moyen-âge, mais c’est seulement depuis les années 60 qu’on dispose de données plus précises sur la gravité et l’ampleur du phénomène. Les données sociologiques depuis un peu plus de 30 ans font état d’une stabilité du nombre d’agressions de ce type. (9) Le déroulement de ces viols varie peu : un des agresseurs aborde la victime sous un prétexte fallacieux, puis l’isole, lorsqu’elle est seule et ne peut plus appeler à l’aide, enfin les autres agresseurs interviennent et passent à l’acte. Remarquons la préméditation, la violence inhérentes à ce scénario et le fait que les éventuelles tentatives de la victime pour se défendre sont anticipées.

Andrea Dworkin avait analysé les mécanismes de la domination masculine au niveau sociétal, comment son analyse féministe radicale peut-elle nous aider à comprendre cette affaire aujourd’hui ? (8)

THE ACCUSED.jpg

Une image du film « The Accused », avec Jodie Foster, inspiré de l’histoire de Cheryl Araujo

Tout d’abord, en amont de cette agression, il y a la culture du viol véhiculée par la pornographie qui banalise la violence et l’humiliation à l’encontre des femmes. La haine des femmes est diffuse, courante dans la société où nous vivons. Elle s’étale dans la publicité, les médias, sous couvert d’humour on insulte, on rabaisse, on dénigre les femmes. (10)

La pornographie sert de modèle comportemental aux agresseurs, elle leur fournit des scénarios de passages à l’acte violents qu’ils n’ont plus qu’à mettre en oeuvre. D’autre part, la pornographie se nourrit de la violence faite aux femmes, comme l’illustre bien le fait que la vidéo du viol de Pamplona a été récupérée par des pornographes (2). Ce sont deux dynamiques qui sont interdépendantes et se renforcent mutuellement. La pornographie inspire les agresseurs qui passent à l’acte et produisent à leur tour de la pornographie violente.

Les agressions elles-mêmes plongent la victime, mais aussi les autres femmes dans un état de sidération et de terreur, le message implicite des agresseurs aux femmes est le suivant : « Voilà ce qui vous attend, voilà ce que vous risquez si vous vous aventurez seules dans l’espace public. » Le résultat est un climat de terreur qui imprègne les sociétés où nous vivons. La diffusion d’images captées lors de l’agression constitue une violence psychologique supplémentaire pour la victime, et sert d’avertissement aux autres femmes qui seraient tentées de transgresser l’ordre patriarcal. On est bien face à des stratégies violentes et coercitives pour briser la victime, et à travers elle, toutes les autres femmes. Les bûchers des sorcières ont disparu pour céder la place à ces viols barbares, et à ces lynchages en ligne.

Après la violence de l’agression physique, les violences verbales et psychologiques, vient enfin la violence institutionnelle : les juges, en se basant sur les mêmes prémisses que ceux que pourraient avoir les pornographes ou les proxénètes (8) partent du principe que la victime a plus ou moins consenti à ce qui lui est arrivé. La qualification du viol en abus sexuel vient banaliser, minimiser des faits gravissimes, qui, s’ils étaient infligés à un homme seraient considérés comme de la torture ou comme une violation des droits humains. Là aussi il ne faut pas négliger la dimension systémique, la justice adresse le message suivant aux autres femmes : « Vous ne serez pas protégées » tandis qu’aux agresseurs et aux autres hommes, la justice dit : « Vous ne risquez rien ou si peu… ». Cette attitude pleine de mansuétude et de bienveillance avec les agresseurs contraste violemment avec la méfiance affichée et agie envers les victimes. Dans le cas de « La Manada », l’enquête de moralité vient encore mettre en doute la parole de la victime : à défaut de lui faire justice, on la salit. On introduit l’idée nauséabonde que quelque part, quelque chose dans son comportement aurait pu justifier ce qu’on lui a fait. Le tribunal a pris en considération une enquête infamante menée par un détective privé sur la jeune femme. Quelle qu’ait été sa vie personnelle, rien ne justifie qu’on l’agresse, cette « enquête » n’avait aucune raison d’être, et il n’était pas pertinent de la verser au dossier, encore moins d’en tenir compte. (11) Notons au passage le peu de cas qui est fait du respect de l’intimité de la victime dont les photos relevant du domaine privé se trouvent jetées en pâture à l’opinion publique.

LA MANADA.jpg

Nous sommes bien face à système de domination sexiste organisé, d’une efficacité redoutable, avec des relais médiatiques et institutionnels, une véritable machine à broyer les femmes. Le piège serait de considérer cette affaire isolément, sans prendre en compte les dynamiques sociétales sous-jacentes. Ce viol n’est pas un fait à décontextualiser, ce n’est pas un cas isolé, il n’a rien à voir avec les caractéristiques personnelles de la victime, c’est le résultat et l’expression d’un puissant système de violence et d’exploitation à l’œuvre dans nos sociétés qui contrairement à la justice lui, fonctionne. Face à ce mastodonte redoutable, les possibilités des femmes pour se défendre, pour préserver leur dignité sont infimes, dérisoires. Quand la parole même des femmes est mise en doute, quand on peut lyncher impunément sur internet les femmes victimes de violence, le mot même de justice perd toute signification. L’idéologie patriarcale, le machisme, le sexisme sont des contenus théoriques, ces contenus ont des applications concrètes : la violence physique et sexuelle. Les viols collectifs ne datent pas d’hier, ils n’ont rien d’inexplicable, ils sont une des manifestations du patriarcat, et ils contribuent à maintenir les femmes dans la sujétion et la peur. Ils font partie du système sexiste, au même titre que la complaisance de la justice à l’égard des auteurs de violence. Ces violences sont les barreaux de notre prison, elles nous maintiennent enchaînées.

VIOLACION.jpg

Les victimes d’agressions sexuelles retournent parfois leur violence contre elles-mêmes, cela se traduit par des dépressions, des suicides, ces femmes et ces filles ont le sentiment d’être seules. Saluons le courage de cette jeune femme qui a trouvé en elle la volonté de porter plainte et soyons à la hauteur de sa détermination, l’action et la solidarité sont plus nécessaires que jamais. Face à l’infâme système patriarcal, nous n’avons pour seules armes que notre courage, nos mots, et la force de nos liens.

  1. https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301618769131-affaire-manada-lespagne-en-colere-2172507.php
  2. https://www.facebook.com/bea.beita.be/posts/10155334816716881
  3. https://www.humanite.fr/inde-deux-soeurs-condamnees-un-viol-collectif-582560
  4. http://www.lefigaro.fr/international/2017/08/21/01003-20170821ARTFIG00217-le-viol-collectif-d-une-jeune-femme-dans-un-bus-indigne-le-maroc.php
  5. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/06/30/egypte-les-viols-et-agressions-de-femmes-se-multiplient-place-tahrir_1727334_3212.html
  6. http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/quatre-hommes-interpelles-apres-viol-collectif-diffuse-reseaux-limoges-haute-vienne-saint-just-martel-garde-a-vue-proces
  7. https://lindsaychapie.wordpress.com/2014/03/07/new-bedford-in-1983/
  8. https://tradfem.wordpress.com/2014/10/25/andrea-dworkin-terreur-torture-et-resistance/
  9. http://laurent.mucchielli.free.fr/Docs/QP%20viols%20collectifs.pdf
  10. https://pouletrotique.com/2017/12/18/pubs-sexistes-palmares-2017-de-lelegance/
  11. http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/04/26/colere-en-espagne-apres-la-condamnation-pour-abus-sexuels-de-la-meute-de-pampelune_5291115_3214.html

 

 

 

 

 

 

Publicités