PAR CHRISTINE DALLOWAY

 

Quand Marine Le Pen a succédé à son père en 2011 à la tête du Front National, le processus de « dédiabolisation », comme l’ont surnommé les médias, a alors commencé. Marine Le Pen a adopté un discours sur les femmes éloigné de celui tenu par son père jusqu’alors, en apparence plus ouvert, plus moderne, en phase avec la société actuelle. Comment interpréter ce revirement ? S’agit-il d’une réelle prise de conscience comme elle le prétend (1) ou a-t-elle voulu tout simplement créer une façade rassurante pour l’électorat plus large qu’elle cible depuis qu’elle a pris les rênes du parti ?

Le Front National a, depuis les débuts de son existence, des liens forts avec l’intégrisme catholique, comme la plupart des mouvements d’extrême-droite qui cantonnent les femmes dans des rôles de mères au foyer (2). Ces mouvements prônent le retour au patriarcat et à une répartition traditionnelle des rôles entre hommes et femmes. Il est à noter que Le Front National comprenait par le passé une branche féminine nommée « le Cercle National des Femmes d’Europe » qui avait pour objectif de « remettre les femmes à leur vraie place, c’est-à-dire à l’honneur. », comprenez au foyer. Ce groupe de réflexion prônait le retour des femmes à leur rôle de mère et l’abandon de leur activité professionnelle (3).

 

BANDEAU.jpg

Revenons en arrière et analysons l’évolution du discours du Rassemblement National sur la question de l’IVG : en 1975, le Front National s’était violemment opposé à la légalisation de l’IVG par la loi Veil, dans le cadre d’une campagne virulente qui qualifiait cette loi de « génocide contre les enfants français », ce qui avait valu au FN l’indulgence voire le ralliement des milieux catholiques intégristes (2).

En 1979, au bras de ses trois filles, Jean-Marie Le Pen ouvre la marche d’une manifestation ayant pour but l’abrogation de la loi Veil. Dans la même veine, il condamne clairement le droit à l’IVG lors de son passage dans l’émission « L’heure de vérité ». En 1986, la croisade frontiste contre l’IVG se poursuit avec la proposition de 35 députés FN de faire passer une loi de déremboursement de l’IVG. Cette idéologie réactionnaire se retrouve dans les programmes du FN où l’interdiction de l’IVG est maintenue jusqu’en 2002. A plusieurs reprises entre 2006 et 2010, interviewée par la revue « Présent », Marine Le Pen tient un discours plus policé, elle se dit « favorable à la vie », mais sans souhaiter une abrogation de la loi Veil, tout en laissant la porte ouverte à un référendum sur ce sujet, ce qui revient à s’aligner sur les propositions de Christine Boutin en la matière. (3) Le discours reste conservateur mais moins violent que celui de son père – anticipait-elle le revirement idéologique de la dédiabolisation ?

En 2011, Marine Le Pen, nouvelle présidente du FN, propose de renouveler les thématiques du parti, elle s’empare entre autres de la « défense des valeurs féministes », on voit alors un virage s’opérer au sein du FN. Elle l’explique par son expérience de femme divorcée ayant élevé ses enfants seule, ce qui l’aurait rendue sensible à la cause féministe. Mais elle critique néanmoins violemment le Planning Familial dans le journal « La Croix » cette année-là. On voit dans ce double discours s’installer l’ambivalence qui va perdurer, malgré la laborieuse démarche entreprise par Marine Le Pen pour ripoliner la façade du FN.

 

MLP FEMINISTE.jpg

La dédiabolisation semble lui paraître pénible et compliquée quand, dans une interview accordée à Judith Perrignon pour « Marianne », Marine Le Pen affirme que « elles [les femmes] avortent quand elles n’ont plus d’autre choix, c’est une souffrance, il faut leur permettre de garder leur enfant. Et le progrès aujourd’hui, c’est de leur permettre de rester à la maison», une vision de la modernité pour le moins particulière.

Elle paraît avoir du mal à trouver le ton juste lorsque lors de la présidentielle de 2012, quand elle qualifie l’IVG « d’avortements de confort » et maintient qu’il faut le dérembourser (4). Ces prises de positions contradictoires, floues, ambigües vont caractériser dorénavant le discours pseudo-féministe du FN.

En 2015, Dominique Martin, alors eurodéputé FN, propose comme solution au problème du chômage de renvoyer les femmes chez elles avec un salaire parental d’éducation, et ce dans une commission de l’Emploi et des Affaires sociales du Parlement européen. Il ajoute : « Ça aurait l’avantage de libérer des emplois, ça aurait l’avantage de donner une meilleure éducation à nos enfants, ça aurait l’avantage de sécuriser nos rues parce qu’ils ne traîneraient pas dans nos rues et ne seraient pas soumis à la drogue » (8). On voit une fois de plus les contradictions flagrantes entre les tentatives de la présidente du FN pour donner un visage lisse et présentable à son parti, et les sorties aussi spontanées que désastreuses des élus qui ne semblent même pas avoir compris sa démarche et la contredisent ouvertement.

 

LE PROGRES.jpg

La même année, le FN critiquait la parité en allant jusqu’à dire dans son programme qu’elle était « une idéologie différentialiste et multiculturelle, qui n’est qu’une forme de racisme inversé [dont] les premières victimes (…) sont les hommes blancs hétérosexuels », tandis que Marion Maréchal Le Pen, dans une diatribe violente contre le Planning Familial, menaçait de couper les subventions qui lui étaient allouées. Toujours à cette période, les deux députés Front National présents à l’assemblée ont voté contre les projets de loi pour l’abolition de la prostitution, l’égalité réelle entre hommes et femmes, et la loi sur le harcèlement sexuel (9). Au-delà des apparences et des discours, l’action des élus FN reste objectivement misogyne sur le plan politique.

En 2017, lors du décès de Simone Veil, certains élus FN émettent des tweets insultants à son encontre, dont Samuel Potier qui souhaite qu’elle « repose en paix. Et contemple les millions de victimes que sa loi a générées. » Dans la même veine, Sophie Montel, qui a été cadre au Front National pendant 30 ans, rapporte qu’ayant dit lors d’une intervention publique être favorable à l’IVG, elle a été sèchement recadrée, son discours ayant été qualifié « d’opinion personnelle » par d’autres membres du parti (4). Malgré les bonnes intentions affichées par Marine Le Pen, les tendances les plus réactionnaires réagissent de façon visiblement incontrôlable et viennent fissurer la belle façade offerte aux médias.

Toujours en 2017, le RN se targue d’être exemplaire en matière de parité, mais là aussi il s’agit plus d’un ravalement de façade destiné à masquer une réalité moins glorieuse, le RN n’a certes pas eu à payer de pénalités financières au titre du non-respect de la parité, mais les femmes candidates sont systématiquement placées dans les circonscriptions les plus difficiles voire impossibles à gagner (10).

D’autre part, Marion Maréchal Le Pen s’est illustrée par une attitude ultra-conservatrice lors des débats à l’Assemblée Nationale sur l’extension du délit d’entrave à l’IVG, à laquelle elle s’est évidemment opposée : lors de son discours, elle a taclé les féministes à l’origine de cette loi en les traitant de « ringardes » (5).

 

AV.jpg

Très récemment, si on examine les « 144 engagements présidentiels de Marine Le Pen » (6), la question de l’IVG n’y est évoquée nulle part, le Rassemblement National propose seulement de « mettre en œuvre une vraie politique nataliste réservée aux familles françaises, en rétablissant l’universalité des allocations familiales et en maintenant leur indexation sur le coût de la vie. Rétablir la libre répartition du congé parental entre les deux parents. » La proposition est vague et ne précise pas ce qu’il va advenir du droit à l’IVG ni de son remboursement (6). Le RN évite tout simplement le sujet.

Lors des élections européennes, Marine Le Pen a déclaré : «l’Union européenne exige que nous recevions dans les prochaines années, tous pays confondus, jusqu’à 50 millions d’immigrés supplémentaires, soi-disant pour lutter contre le vieillissement de la population. Nous, on a un moyen plus simple, c’est de faire des enfants français. » Il est toujours question de mettre en place une politique nataliste mais sans donner plus d’explication sur les moyens à mettre en œuvre pour y arriver (7).

Enfin, le Bureau Exécutif du RN comprend 9 hommes, et une femme, à savoir Marine Le Pen (11).

Ce qui ressort de ce retour sur l’évolution du discours du RN concernant la condition féminine, c’est que les contradictions persistent malgré les efforts de la présidente pour le faire paraître plus moderne et rassurer l’électorat qu’elle convoite.

La branche catholique traditionnaliste autrefois regroupée autour de Bruno Gollnisch, maintenant menée par Marion Maréchal Le Pen, est choquée par ce soi-disant attrait pour la cause des femmes, et dans les programmes, le flou concernant l’IVG et son remboursement n’est pas dissipé, cette ambiguïté permettant de faire cohabiter dans le parti des tendances dont les positions sur ces questions sont différentes (2). Il y a néanmoins un fort antagonisme, voire même de l’hostilité entre ces différents courants du RN, la frange ultra- catholique supportant mal la modernisation idéologique, ne fut-elle qu’apparente.

De nombreux militants RN dénigrent les associations féministes, comme s’il n’y avait pas de lien entre les luttes politiques contre le conservatisme menées par les féministes et les améliorations de la condition féminine (2). Marion Maréchal Le Pen elle-même, figure de proue du RN qui doit sa position de leader politique aux combats féministes, ne rate pas une occasion de dénigrer le mouvement féministe et ses militantes (5).

Comment ne pas être frappé par la contradiction majeure que constitue le fait que ces femmes de droite passent leur temps dans les meetings et sur les plateaux télé pour faire passer le message que la place des femmes est à la maison ?

Si la vitrine du parti a changé, l’arrière-boutique reste sombre, Marion Maréchal Le Pen incarne aujourd’hui la tendance catholique intégriste, auparavant rassemblée autour de Bruno Gollnisch, et les dissensions entre cette aile intégriste et la tendance pseudo-moderne incarnée par sa tante ne sont que trop flagrantes. Il en résulte des prises de positions floues dans les programmes, ceux-ci restant ambigus et imprécis, comme pour cacher l’absence de positionnement clair du parti. Marine Le Pen est confrontée à une impossible équation : flatter la frange catholique extrémiste de son électorat, tout en s’adressant à un public plus large, qui ne partage pas les convictions réactionnaires des premiers. Elle est donc obligée de se contredire souvent ou de ne pas être claire, et l’antagonisme avec sa nièce devient problématique, celle-ci étant l’égérie de la tendance Saint Nicolas du Chardonnet au RN.

 

OIE.jpg

Sophie Montel dit dans son ouvrage que : « Les droits des femmes n’intéressent que si l’on fait le lien avec la montée du fondamentalisme islamiste », le RN dénonce les violations des droits des femmes selon une géométrie variable : virulente sur l’islamisme, il se tait sur l’intégrisme catholique (4).

Pour le RN, les avancées des droits des femmes seraient le résultat d’une sorte d’évolution spontanée de la culture occidentale, un phénomène naturel sans rapport avec les luttes féministes, cette vision ethnocentriste s’inscrivant dans un déterminisme culturel. La culture occidentale serait intrinsèquement favorable à l’avancée des droits des femmes, tandis que les autres ne le seraient pas (2).

Les contradictions internes mal dissimulées par un flou artistique au niveau des programmes trahissent un discours opportuniste, qui permet de dédiaboliser le parti pour mieux passer à l’offensive politique ensuite (1). La nouvelle façade féministe du RN craque souvent pour révéler une instrumentalisation des valeurs républicaines à des fins xénophobes (2).

Robert Spieler, un ancien du Front National et chroniqueur pour Rivarol, avait fondé le NDP, ce groupuscule d’extrême droite, défendait la thèse selon laquelle le RN devrait un jour s’allier aux autres extrêmes droites européennes. Quand on voit ce qu’il en est de la condition des femmes dans les pays où l’extrême droite est au pouvoir comme la Hongrie d’Orban, on peut se dire que ces partis sont une menace directe pour les droits fondamentaux des femmes européennes, et qu’en cas de victoire du RN en France, les droits des femmes françaises seraient en réel danger.

Bibliographie

  1. « Marine Le Pen démasquée » de Caroline Fourest et Fiammetta Venner, éditions Grasset et Fasquelle, 2011.
  2. « Enquête au cœur du nouveau Front National », Sylvain Crépon, Nouveau Monde éditions, 2012.
  3. « Marine Le Pen démasquée » de Caroline Fourest et Fiammetta Venner, éditions Grasset et Fasquelle, 2011.
  4. Sophie Montel « Bal tragique au front national » éditions du Rocher, 2019
  5. https://www.youtube.com/watch?v=E_mTdm3lVP8
  6. https://rassemblementnational.fr/pdf/144-engagements.pdf
  7. http://www.leparisien.fr/elections/europeennes/europeennes-marine-le-pen-appelle-a-faire-des-enfants-francais-18-05-2014-3850853.php?fbclid=IwAR3COgjqD9pl-Z9XrO9nLwsPjIpfZ_FlJtx7GP9Gv44O4eRcxl3isRUayx8
  8. https://www.marieclaire.fr/,la-solution-aberrante-d-un-eurodepute-fn-pour-lutter-contre-le-chomage,735696.asp
  9. https://www.huffingtonpost.fr/adele-breau/programme-femmes-front-national_b_8756536.html?fbclid=IwAR2kDHlcS4wPRCI9POnvcNqV8AgB2ZhRH0jqfXMw5GHKbZV5AnmTjZeAkcc
  10. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/le-vrai-du-faux-le-fn-est-le-parti-qui-respecte-le-mieux-la-parite_2188293.html?fbclid=IwAR0A6gwZ-kfevHFhWn1zEiIgwTKBQn9c1lIKXFYsl-0KmqLeY7tl0HnIsNQ
  11. https://rassemblementnational.fr/instances/bureau-executif/?fbclid=IwAR16IRowoG13B-dc4nOK19ng1JB65fWdImqa2453GrQScuu-fSED2ZDmXjM

 

 

 

 

 

 

 

Publicités