Interview par Christine Dalloway

 

Le dernier livre d’Emma Becker, « La Maison » qui a été promu à grand frais et a fait l’objet d’un accueil chaleureux et unanime de la critique et des médias, est bourré de lieux communs et de clichés éculés sur la prostitution : la prostituée heureuse, riche et libre, qui prend plaisir aux relations avec les clients, etc.

Révolution Féministe a interviewé une survivante allemande de la prostitution, Huschke Mau, sur la plausibilité des descriptions du roman d’Emma Becker. La confrontation entre la réalité allemande et le roman de cette autrice nous amène à considérer que cet ouvrage relève plus de la  fantasmagorie niaise d’une petite bourgeoise que d’une peinture réaliste de la prostitution allemande actuelle. Huschke Mau milite aujourd’hui pour l’abolition de la prostitution et tient un blog à ce sujet: https://huschkemau.de/fr/

 

CD : Dans son roman, Emma Becker compare souvent la prostitution à un travail. D’après vous, est-ce qu’on peut assimiler la prostitution en Allemagne à un travail comme un autre ?

HM : Non, car la prostitution n’est jamais un travail, si la prostitution était un travail, ce serait du travail forcé, alors qu’en fait c’est du viol, donc, non, la prostitution ne peut en aucun cas être considérée comme un travail.

CD : Dans « La Maison », Emma Becker oppose la prostitution pratiquée à « La Maison » qui est un bordel de petite taille et qu’elle semble considérer comme acceptable à celle pratiquée au « Manège », autre bordel vis-à-vis duquel elle se montre un peu plus critique. Pensez-vous qu’il existe une « bonne » prostitution qui soit acceptable à l’opposée d’une « mauvaise »?

 

paradise.jpg

HM : Non, la prostitution est une violence faite aux femmes, je la compare souvent avec la violence conjugale, je pense que peu importe que la femme en situation de prostitution prétende y être volontairement, car cela ne change en rien notre définition de la violence qu’elle subit. Nous ne changeons pas notre définition de la violence conjugale, quand bien même la femme prise dans une relation de ce type nie y être sous contrainte. Nous avons besoin d’une vraie analyse politique : le fait que certaines femmes prétendent être en prostitution de leur plein gré ne signifie pas que c’est acceptable. On se focalise toujours sur les femmes, sur leurs choix, mais il est avéré que les clients n’ont aucun moyen de savoir, et ne se soucient même pas de savoir si les femmes qu’ils achètent dans la prostitution consentent à être vendues. Ils se moquent de savoir si la femme avec qui ils couchent et qu’ils ont payée a donné son consentement ou pas. Ils s’en fichent, ont quand même des relations sexuelles avec elles, ils prennent consciemment le risque de commettre un viol. C’est ça la prostitution : un homme qui couche avec une femme sans même savoir si elle y consent ou pas. Les clients se moquent de commettre des viols.

CD : Emma Becker dit avoir été prostituée de son plein gré, quelle est la proportion de femmes qui se prostituent sans y être contraintes en Allemagne ?

HM : D’après la police, environ 90% des prostituées en Allemagne le font sous contrainte, mais de toutes façons, peu importe qu’une femme dise vouloir être prostituée, le mal est fait de toute façon. J’ai connu des femmes qui prétendaient ne pas avoir de problème à être prostituées, mais par la suite, elles ont changé d’avis et de discours et ont admis souffrir de troubles graves comme le stress post-traumatique, les MST, la dépression, les addictions.

 

slogan.jpg

CD : Emma Becker dit n’avoir aucune séquelle de sa période de prostitution (deux ans). Pensez-vous qu’on peut avoir été en prostitution sans être traumatisée ?

HM : Je n’ai jamais vu de tels cas de toute ma vie.

CD : Emma Becker raconte dans son livre que les femmes qui exercent à « La Maison » ont une certaine liberté dans leurs pratiques, y compris celle de refuser certains clients, ou les pratiques sexuelles dont elles ne veulent pas. Est-ce qu’une prostituée qui est exploitée en bordel a la possibilité de refuser les clients avec lesquels elle ne veut pas coucher ou les pratiques sexuelles qu’elle ne souhaite pas faire ?

HM : Certaines ont plus de possibilités de faire des choix que d’autres, mais même les prostituées de luxe, les escorts allemandes, y compris celles qui soutiennent le lobby de la prostitution, admettent que parfois, elles doivent coucher avec des clients dont elles ne veulent pas. Si on analyse ces situations politiquement, cela signifie que même les prostituées considérées comme « de luxe » souffrent d’abus sexuels, se font violer.

CD : Emma Becker décrit une prostituée russe comme quelqu’un qui « pue l’argent », et prétend avoir tiré profit financièrement pour elle-même de sa prostitution, est-ce réaliste ? Les prostituées sont-elles riches ? Tirent-elles un vrai bénéfice économique de leur « activité » ?

 

PASCHA.jpg

HM : Non, pas à ma connaissance, dans un système de prostitution légale, les prix chutent, par exemple, à Berlin, les clients peuvent obtenir une fellation pour 5 euros dans la prostitution de rue. En prostitution, tout le monde veut sa part du gâteau du revenu des prostituées : les proxénètes, les propriétaires qui louent les chambres des bordels (ce qui revient à un coût d’environ 120 euros par jour), l’Etat qui prélève des taxes sur la prostitution et bénéficie des amendes payées par les prostituées qui se voient infliger des contraventions lorsqu’elles exercent dans les zones où la prostitution est interdite. Certes, les prostituées gagnent de l’argent, mais elles ne le gardent pas pour longtemps pour elles, elles en sont dépossédées aussitôt.

CD : Une personne prostituée peut-elle échapper totalement à la violence physique des clients ? Dans « La maison », Emma Becker mentionne qu’elle a subi deux agressions physiques, dont une par un client dominateur sadique qui l’a étranglée si fort qu’elle a cru mourir.

HM : Quand bien même la prostitution est revendiquée comme un choix, cela ne protège pas de la violence des clients. En 2002, la prostitution a été totalement légalisée en Allemagne et il y a eu plus de 80 meurtres de prostituées les années suivantes. Toutes ont été tuées par des clients, ou des proxénètes. Les clients violents se moquent de savoir si la prostituée a choisi son activité ou pas, ils tuent la femme en situation de prostitution s’ils l’ont décidé. La prostitution n’est jamais sûre car c’est un abus sexuel en soi, c’est de la violence en soi, la violence des clients contre les femmes concernées est d’autant plus facilitée que c’est légal.

CD : Emma Becker décrit des femmes en prostitution qui ne sont pas du tout stigmatisées socialement, malgré leur activité. Les prostituées restent-elles stigmatisées malgré la légalisation en Allemagne ?

HM : Oui, le stigmate à l’encontre des prostituées persiste, malgré les changements législatifs, la légalisation a eu pour effet de légitimer la prostitution, elle n’est plus considérée comme un abus sexuel de la part des clients sur les femmes en prostitution, mais celles-ci sont toujours traitées de « sales putes » en Allemagne et déconsidérées socialement. Par contre, les clients ne se sentent plus coupables par rapport à leurs achats de sexe, étant donné que c’est légal mais les femmes impliquées restent lourdement stigmatisées.

 

pub.jpg

CD : Emma Becker raconte l’histoire d’une ancienne prostituée qui a retrouvé un emploi sans difficulté après avoir cessé cette activité. D’après vous, une ancienne prostituée peut-elle facilement retrouver un emploi après sa sortie du système prostitutionnel, en Allemagne ?

HM : Non, les dommages infligés à votre âme demeurent, on en souffre. De plus, une ancienne prostituée ne peut pas parler de son passé ouvertement à cause du stigmate social, et aussi parce que les hommes peuvent considérer cela comme une faille et tenter d’abuser sexuellement d’elle encore plus. Quand je postule pour un emploi, si l’employeur apprend que je suis une survivante de la prostitution, il peut essayer d’abuser sexuellement de moi, de me faire subir du harcèlement sexuel, plus qu’il ne le ferait avec une femme qui n’aurait pas un tel passé, il peut penser que s’il m’engage, il pourra essayer de coucher avec moi plus facilement qu’avec une autre.

CD : Becker parle dans son roman de femmes originaires d’Europe de l’Est qui pratiquent la prostitution à leur compte dans les bordels, sans proxénètes.Y a-t-il vraiment en Allemagne des femmes originaires d’Europe de l’est qui ne sont pas victimes de la traite ?

HM : Non, je connais des femmes originaires d’Europe de l’Est et du sud-Est, souvent elles ne sont pas conscientes d’être trafiquées, car elles connaissent peu ou mal leurs droits. Ces femmes sont issues d’une société très patriarcale, elles ont souvent un passé de violences, et ont peu d’options pour gagner leur vie. Parfois, elles sont trafiquées par leur propre famille, ce qui rend encore plus difficile leur sortie de la prostitution. Leurs père, frère ou cousins profitent d’elles, ils les exploitent économiquement et engrangent les bénéfices de leur prostitution.

CD : Becker dit avoir quitté la prostitution sans la moindre difficulté. Est-il réellement facile de sortir du système prostitutionnel allemand, d’après votre expérience ?

HM : Non, moi qui suis pourtant de nationalité allemande, qui maîtrise donc la langue, quand j’ai essayé de quitter le bordel où j’étais exploitée, mon proxénète a tenté de m’extorquer de l’argent en échange de ma liberté, il m’a réclamé des milliers d’euros pour accepter de me laisser partir. Les victimes de la traite en provenance d’Europe de l’Est ne sont pas libres, elles sont considérées comme la propriété de ceux qui en tirent profit, et cela va au-delà du proxénétisme. Il n’y a pas de moyen accessible de sortie de la prostitution, les femmes ne peuvent pas développer de stratégies pour s’en échapper, dans certaines villes allemandes, il n’y a pas un seul endroit où une femme peut demander de l’aide pour sortir de la prostitution.

 

 

 

Les opinions exprimées par les auteur-es ne reflètent pas nécessairement celles de la rédaction